Diplômes d’architecture 2015, un grand cru : 4 projets de fin d’études sont premiers prix nationaux !


Palmarès exceptionnel cette année pour les étudiants en architecture de l’INSA Strasbourg : Anémone Degand, Kim-Loan Nguyen, Chloé Francou et Clotilde Méda remportent respectivement le 1er prix du Trophée Béton et trois prix de l’Académie d’architecture : le prix Robert Camelot, le prix François Meyer Levy et le prix Tony Garnier.

« Nous avons coutume d’avoir chaque année, un ou deux jeunes diplômés primés aux concours d’architecture, mais cette année, je suis émerveillé car nous avons avons quatre projets de fin d’études primés ! » se réjouit Louis Piccon, directeur du département architecture.

  • L’architecte ingénieur-e

Anemone_Degand_portrait_KlausAnémone Degand, premier prix du Trophée béton

Tout comme sa comparse Kim-Loan Nguyen, Anémone Degand poursuit son parcours en 4e année du cycle ingénieur à l’INSA Strasbourg pour y obtenir le double diplôme d’architecte et d’ingénieur. La participation à des projets pluridisciplinaires comme les balcons de l’INSA lui ont donné envie de se tourner vers le génie climatique et énergétique. Selon elle, l’ingénierie lui donne des outils supplémentaires pour mieux maîtriser le projet architectural et l’orienter vers plus d’efficacité énergétique et de durabilité.

Son souvenir le plus marquant reste, comme tant d’autres, les charrettes de septembre, où toutes les promotions se divisent en mini-agences d’architecture pour finaliser le projet de fin d’étude d’un diplômable. « Je sentais une synergie entre toutes les promotions, c’était beau à voir, intense : toute cette énergie, cette implication de chacun pour le diplôme d’une personne. Ce moment montre bien l’état d’esprit de l’école ».

Anémone Degand décrit son projet en vidéo :

A lire également :

Anémone Degand, diplômée architecte 2015 remporte le Trophée béton

Kim_Loan_Nguyen_portrait_KlausKim-Loan Nguyen, prix du meilleur diplôme Robert Camelot de l’Académie d’architecture

Inscrite en 4e année de génie civil, Kim-Loan a choisi l’INSA Strasbourg justement en raison du double diplôme. Elle qui, au sortir de sa classe prépa, hésitait entre une école d’ingénieur et une école d’architecture, elle a choisi les deux !

Passionnée de musique, elle peut exprimer sa sensibilité artistique grâce à l’architecture. Les projets pour lesquels elle a été primée en sont le témoin. En 2014, elle remportait le prix du mérite au prestigieux concours d’idées international de l’USITT pour son théâtre idéal sur le campus de Québec, ainsi que le 2e prix national du Concours E+, concours d’idées sur le bâtiment résidentiel à énergie positive. Elle réinvestit ses connaissances en acoustique dans son projet de philharmonie pour l’orchestre symphonique de Québec avec la réhabilitation et l’extension du Grand théâtre, son projet de fin d’études, primé meilleur diplôme de France par l’Académie d’architecture.

Elle garde en mémoire les nombreux voyages réalisés au cours de ses études à l’INSA Strasbourg : Prague, Chicago, Istanbul, le Canada, Nantes… « Je n’ai jamais autant voyagé, ça m’a ouvert les yeux sur d’autres façons de concevoir et d’habiter la ville, j’ai un regard plus critique, aiguisé. »

Kim-Loan Nguyen décrit son projet en vidéo :

  • L’architecte urbaniste

Clotilde_Meda_portrait_KlausClotilde Méda, premier prix ex-aequo Tony Garnier de l’Académie d’architecture

Très attirée par les questions d’urbanisme dans l’architecture, Clotilde Méda a souhaité ajouter une corde à son arc avec le master architecture, structures et projets urbains (Aspu) à l’INSA Strasbourg. « Je pense que l’urbanisme en architecture n’est pas assez développé. L’architecte a besoin de comprendre les enjeux urbains, de réfléchir à l’échelle du quartier. L’aspect social de l’architecture m’intéresse énormément : on construit pour les humains qui vont habiter ce lieu, il faut penser la vie dans le quartier, pour que les enfants et les adultes puissent s’épanouir. Par notre travail, on peut améliorer le quotidien des personnes. » Dans son master, elle poursuit sa réflexion sur le renouvellement urbain des quartiers sociaux, problématique qu’elle avait traitée dans son projet de fin d’études primé.

« Etudier l’architecture à l’INSA Strasbourg est un choix, on n’y entre pas par défaut. Il dispense un enseignement plus technique que les autres écoles d’architecture, basé sur la connaissance du bâtiment. On nous apprend à nous former par nous-même et au contact des autres. Les enseignants nous accompagnent dans notre réflexion personnelle, chacun construit sa propre pensée » dit-elle.

Clotilde Méda décrit son projet en vidéo :

  • L’architecte engagé

Chloe_FrancouChloé Francou, prix François Meyer-Levy de l’Académie d’architecture

Chloé Francou aime la beauté de la simplicité, l’autonomie, l’autoconstruction, l’engagement social et un certain anticonformisme. Pour son projet de fin d’études, elle s’est immergée dans le quotidien des sans-abris et a entièrement dessiné à la main toutes les images. Au virtuel des rendus 3D, elle a préféré la poésie, l’émotion et la simplicité du dessin manuel. Ce qui confère une belle singularité et une remarquable cohérence à son projet de réhabilitation du centre de tri postal d’Avignon pour une association de réinsertion sociale.

Après cinq années d’études très intenses, elle s’accorde une année de césure pour « réfléchir à la forme qu’elle souhaite donner à son métier », en lien avec une activité physique extérieure. Elle part marcher quelques mois dans les campagnes françaises pour s’imprégner de l’habitat rural et vernaculaire et de rencontres. Elle n’est pas attirée par le travail en agence, mais plutôt par des missions de développement de projets dans les collectivités, ou encore l’autoconstruction.

Chloé Francou décrit son projet en vidéo :

 Stéphanie Robert

Crédit photos : Klaus Stoeber

Vidéos : Renan Larzul

 

Dans les mêmes thématiques :

Envoyer un message

Le message ne sera pas publié mais sera reçu et traité par nos équipes.