Perles du confinement 03


Pendant le confinement et au-delà des rendez-vous pédagogiques, j'avais envie de m'adresser aux étudiants d'une autre manière.

Le confinement se prolonge et le temps commence parfois à être long… je continue à envoyer et de partager mes « maximes du jour », mes lectures, mes musiques  et travaux d’autres artistes, avec les étudiants. Pendant ces semaines de vie monacale, les contacts informels s’avèrent être une manière de continuer à tisser des liens, d’approfondir des complicités et de palier le manque de proximité et chaleur humaine. 

Voici donc mes billets d’humeur n°5 et 6 :


16 avril

Bonjour à toutes et tous !

En espérant que vous allez au mieux, je vous salue avec soleil !  
Nous voilà repartis pour un mois supplémentaire de confinement… Lundi soir, j’ai écouté pour la première fois un discours d’un président français en entier et cela m’a mis un peu le moral dans les chaussettes à vrai dire. Plus de cours et de contacts directs aux universités avant septembre. 
J’ai un sentiment que les choses se délitent, que des relations patiemment construites s’effritent peu à peu, que je rentre dans un flot de journées qui commencent à drôlement se ressembler toutes… C’est probablement un sentiment passager, je l’espère en tout cas. 

Tout cela pour vous dire tout simplement : vous me manquez ! 
Je me rends compte que ce qui me motive avant tout, se sont les relations humaines, les paysages de vos visages, l’expression de vos doutes et envies. 

Je serai alors brève aujourd’hui avec une maxime du jour de Georges Didi-Hubermann que voici :

« Les choses de l’art commencent souvent au rebours des choses de la vie.
La vie commence par une naissance. Une œuvre d’art peut commencer sous l’empire 
de la destruction. Règne des cendres, recours au deuil, retour de fantôme, nécessaire pari sur l’absence. »

Je ne sais pas encore comment parier sur l’absence. Je l’éprouve tout simplement. 

Très chaleureusement, 
Anke

Et ne restez pas seul·e·s avec vos états d’âme !


19 avril

Hello every body ! 

Journée de lecture sur le balcon en maillot de bain, c’est les vacances non ? Et en plus, il fait plus chaud à Strasbourg qu’en Grèce où j’avais prévu de me rendre. 

Je lisais les réflexions de l’architecte enseignant Machiel Spaan des Pays-Bas, que j’ai pu rencontrer en automne dans la maison de Theo van Doesburg à Meudon, où il était en résidence avec sa femme. Il a rédigé un petit livre dans lequel il  parle de la salutaire et nécessaire lenteur dans la création. 

« Creating space is a slow activity. (…) There can be no speed without slowness. In fact, speed depends on slowness. (…) The necessity of speed should always serve the process of slow designing and making and not the other way around. Finding the right direction is much more important than speed. (…) Slow thinking is extremely helpful during the creative process. When we make something, fast and slow action and thoughts alternate. »

Nous sommes dans cette lenteur actuellement et peut-être peut-elle nous apprendre quelque chose. Je nous le souhaite ! Vos remarques et réactions – by the way un TRÈS grand merci !!!! – évoquent ce temps infini et la perte de la notion de temps habituelle. 

Je complète la maxime d’aujourd’hui par trois films sur des artistes trouvés sur différents sites de musées, in english !!! Very good exercise ! 

Le premier film montre quelques dessins de Rembrandt. Véritable leçon de dessin, si vous le souhaitez. J’aime surtout le lavis qui est très rapidement esquissé. Et la conservatrice est terribly british… Voir le film

Le second film sur le site du Stedelijk Museum présente Jean Tinguely, artiste et compagnon de route (et vie) de Niki de Saint Phalle dont vous connaissez la sculpture au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg. Un musée lui est consacré à Bâle, à voir absolument ! Mario Botta en est l’architecte. Tinguely est un direct héritier des approches dada. Voir le film

Et pour finir un film sur William Kentridge, artiste d’Afrique du Sud. J’ai découvert cet artiste l’an dernier à Francfort. Son univers m’a fascinée. C’est un dessinateur, bricoleur qui convoque films, dessins, installations, sculptures pour créer un ensemble très insolite. Voir le film

Je vous souhaite de découvrir avec plaisir, de rester en bonne santé, de prendre ce vide comme une opportunité d’apprendre à l’apprivoiser. N’hésitez pas de faire appel aux aides qui vous sont proposées. 
Je tiens encore une fois à remercier toutes les personnes qui ont répondu à mes mails, souvent de manière très personnelle. Photos de travaux, réflexions, citations, musiques et confidences. Je suis vraiment très touchée par cette franchise et confiance. MERCI !!!!

Have a nice evening and a very peaceful night, take care and warm greetings, 
Anke


Et voici quelques retours :

16 avril

Bonjour, 
Merci pour vos jolis mails ! 

Pour ma part, j’essaye de voir ces semaines inédites avec optimisme. Même si les activités sociales me manquent énormément, je me rappelle aussi que j’ai passé les 6 dernières années à dire que « j’ai pas le temps ! » et cette année, on nous donne du temps à foison ! Du temps pour se remettre à lire, pour broder un tambour pour ma sœur, pour appeler ma mère (et même ma grand-mère à Madagascar), pour partager des découvertes cinématographiques avec mon père ou jouer au pictionary en ligne avec mes cousins au bout du monde, pour redécouvrir les jeux de société de mon enfance et en apprendre de nouveaux, pour me mettre sérieusement à la guitare et passer des heures au piano sans culpabiliser… Finalement, ce confinement me donne le temps de renouer des liens que je n’ai jamais pris le temps d’entretenir (avec les autres mais aussi avec moi-même) et d’ailleurs je pense n’avoir jamais pris autant plaisir à lire et répondre aux mails de ma boîte INSA car nous faisons tous face à la même adversité, étudiants et professeurs, et les échanges qui en découlent sont plus que jamais ouverts et bienveillants. 
J’espère sincèrement que nous ressortirons tous riches de cette épreuve et que les nouveaux liens que nous auront établis ne se dénoueront pas avec la fin du confinement. 

Bon courage pour les prochaines semaines, 

Portez vous bien,
Liantsoa


16 avril

« Se sont les relations humaines, les paysages de vos visages, l’expression de vos doutes et envies » magnifique ! 

Et je dois dire que je me reconnais très bien dans vos écrits. 

Merci, Jonas


20 avril

Bonjour !
Merci pour vos mails que je lis avec grande attention, j’espère que vous allez bien.

Pour ma part je suis confinée dans un grand appartement à Lille chez mon copain, avec mon retour d’Erasmus on est passé de « ne pas se voir pendant six mois », à « cohabiter dans deux pièces pendant deux mois », le destin parfois…

Je privilégie les activités manuelles, le jardinage, la cuisine, toutes les choses qui d’habitude me prennent trop de temps. 
Finalement, je commence à aimer ce confinement je crois, je n’ai même parfois pas envie qu’il s’arrête. Le retour à une nouvelle réalité va être étrange. Parfois je vais voir mes amis en bas de chez eux pour leur dire bonjour, je n’arrive presque plus à tenir une conversation sans détourner les yeux, sans être gênée, même avec ma meilleure amie. 
Je suis curieuse de voir comment nous allons retrouver peu à peu notre parole et notre sociabilité !

Avec Lucie on a participé à un concours ce week-end. Je me suis dit que notre réponse pouvait peut-être vous intéresser (en tout cas on a bien pensé à vous en le réalisant !). Le sujet porte sur la situation de pandémie actuelle. Il interroge la façon dont pourrait être représentée cette période en une image, qui devra ensuite être comprise et interprétable par nos générations futures.

On s’est intéressées à la notion du sacrifice du héros, aux symboles actuels qu’on peut mettre en lien avec la religion, aux moyens de propagande qu’on peut encore voir aujourd’hui à travers la communication, (ici les vitraux : moyens de communication à l’époque…) etc. En références, des œuvres représentant la sainte Vierge protectrice de l’humanité lors de la peste noire.




Voilà, on s’est un peu amusées ce week-end avec ça. En fait, la situation est tellement présente dans nos vies et dans nos esprits que c’est vraiment intéressant de réaliser des travaux sur le sujet ! Ça permet aussi de relativiser, on vit vraiment une période historique pour notre société, comment sera t-elle perçue plus tard ? À quoi ça ressemblera dans les livres d’histoire ? C’est donc cette fois un peu à nous d’écrire l’histoire à travers l’art, l’écriture…

Je vous souhaite de passer une bonne semaine !
Bien à vous, Louise


20 avril

Madame Vrijs,

Je tenais à vous remercier chaleureusement pour vos messages réguliers. Si nos boîtes de réception semblent sans cesse se remplir de mail plus stressants les uns que les autres, il y en a cependant toujours un qui sait illuminer mon humeur : le vôtre.

Je ne me permettrai pas systématiquement de répondre mais sachez que vos messages touchent également les plus silencieux !

Vous trouverez en pièce jointe mon carnet photo de notre voyage au Portugal, souvenir de 2019, une année bien différente. En espérant qu’il saura vous faire voyager et sourire à la vue de certains visages familiers.

Merci pour vos états d’âme, pour votre sincérité ainsi que pour vos inspirations.

Edouard

Crédit image à la une : Anke Vrijs

Envoyer un message

Le message ne sera pas publié mais sera reçu et traité par nos équipes.

ADMISSION : attention, si votre message concerne une question relative aux admissions ou au contenu de l'une des formations de l'INSA Strasbourg, lisez d'abord les pages correspondantes (candidats ou formations) sur notre site web www.insa-strasbourg.fr.
Les réponses à vos questions s'y trouvent trés probablement !