4
février
2019
Séminaires / conférences

Collectif Etc, pratique matricielle et dynamiques collectives

Par Florent Chiappero

Publiée par Veronique Zeller

Le département d’architecture de l’INSA Strasbourg vous invite à la conférence de Florent Chiappero, architecte INSA, docteur en architecture, le lundi 4 Février à 18h 30 dans l’amphithéâtre Arts et Industries. 

Florent Chiappero est diplômé en architecture de l’INSA Strasbourg puis a suivi un parcours recherche et soutenu en 2017 une thèse de doctorat à l’ENSA Marseille. Il est co-fondateur du Collectif Etc en 2010, des éditions Hyperville en 2015 et de l’Ambassade du Turfu à Marseille en 2016. Les principales réalisations de 2018 sont l’aménagement transitoire de la place du Panthéon à Paris, un dispositif de cinéma mobile à Lisbonne et la scénographie du Pavillon Français de la 16ème Biennale d’Architecture de Venise.

LE COLLECTIF ETC, PRATIQUE MATRICIELLE ET DYNAMIQUES COLLECTIVES

Depuis 2010, les membres du Collectif Etc tentent de repenser leur métier d’architecte en travaillant d’une part sur le processus de production de la ville, et d’autre part sur la question des dynamiques collectives que l’ouverture du projet pourrait engendrer. Ils inscrivent ainsi leur pratique dans des discours politiques que l’acte de bâtir sous-tend, tout en s’interrogeant sur ce qui pourrait faire groupe dans ses différentes échelles. Ils s’inscrivent ainsi dans la mouvance de ces collectifs d’architectes qui dessinent et construisent dans un même mouvement, en étant à la fois concepteurs, ouvriers et producteurs d’événements.

Nous allons ainsi parcourir une multitude d’actions menées par ces architectes à travers la France et à l’étranger depuis presque dix ans, à travers le filtre d’une théorie matricielle développée dans le cadre d’une recherche doctorale menée en parallèle, tout en posant la question du récit, des outils de production et des espaces politiques les constituant. Ce sera l’occasion de parler d’onirisme, d’espaces publics en mouvement, d’urbanisme transitoire ou de capacitation.

Cette conférence prolonge un cycle trisannuel de conférences initié l’année dernière :

URBANITÉ MÉTROPOLITAINE, PAYSAGE & MOBILITÉS

Ce cycle s’organise selon trois axes :

  • Trames géographiques et environnementales : penser la ville en paysage

Cet axe met l’accent sur les expériences de fabrique métropolitaine par le paysage.

  • Fabrique métropolitaine : concevoir et gouverner autrement le territoire

Cet axe mettra l’accent sur les acteurs et les procès. Il s’agira de « visiter » certaines dynamiques de projet exploratoires de nouvelles manières de faire la ville,  en variant les scènes et les points de vue.

  • Mobilités métropolitaines : penser la ville dans ses mouvements

Cet axe mettra l’accent sur les enjeux de mobilités urbaines à toutes les échelles. 

Prochains rendez-vous :

Mardi 19 Mars 2019 / 18h30

Fréderic ROSSANO, architecte urbaniste 

Paysages fluviaux métropolitains 

Ce cycle de conférences participe d’un plus vaste programme partenarial avec l’Eurométropole strasbourgeoise :

CONFORTER L’URBANITE DE LA GRANDE COURONNE METROPOLITAINE VIA LE LEVIER DU PAYSAGE ET DES MOBILITES

L’atelier d’architecture de l’INSA de Strasbourg de troisième année s’inscrit dans une démarche continue sur l’ensemble des deux semestres de l’année universitaire. Au sein du cursus en architecture elle est dédiée à l’acquisition par chaque étudiant d’une démarche de projet de l’échelle urbaine à l’échelle architecturale. L’objectif pédagogique est d’établir un lien entre l’analyse d’un territoire urbain, la compréhension de la dynamique propre d’un site et la proposition architecturale qui est développée. Il s’agit aussi pour les étudiants d’aller au contact des acteurs à l’œuvre dans un territoire et de se mettre à l’écoute de leurs préoccupations et de leurs attente. 

Voir l’article de Bruno Steiner paru en janvier 2018 sur ce blog

Cette année s’intéresse au territoire sud métropolitain, au cœur duquel circule la rivière Ill. Celle-ci a constitué historiquement la ligne géographique fondatrice de l’armature urbaine et même plus largement du territoire alsacien (Illsaß) mais constitue aujourd’hui un fil vert et bleu très effacé tant en termes de perception que d’appropriation habitante. La refonte des mobilités urbaines autour de l’A35 et la (re)découverte par la ville d’un énorme réserve naturel et hydrique jusqu’ici confisquée par l’industrie, l’étang Gérig, invitent à reconsidérer le statut de la rivière à l’échelle de l’ensemble de la métropole.    

Texte : Bruno Steiner

Photo à la une :  Florent Chiappero / photo présentation : Bruno Steiner

 

Dans les mêmes thématiques :